Direct to Consumer

Comment le commerce électronique D2C peut protéger les parcs de loisirs de la pandémie ?

Comment le commerce électronique Direct-to-Consumer pourrait protéger les parcs de loisirs de la pandémie ?

Le passage au D2C (Direct-To-Consumer) est un mouvement stratégique qui a été déterminant pour les entreprises de différents secteurs depuis l’apparition de la pandémie.

S’adapter ou périr. N’aurait-ce pas été un excellent biscuit chinois pour ce que 2020 nous réservait ? Dans le monde des loisirs et des attractions, il y a actuellement ceux qui ne sont pas tout à fait prêts à le digérer, attendant désespérément que les choses reviennent à la normale. Et puis il y a ceux qui, au contraire, regardent vers l’avant et considèrent ces temps difficiles comme une opportunité. Une chance de se réinventer et de travailler à une transformation de leur entreprise à l’épreuve du futur.

Bien sûr, avec les changements et les évolutions sans précédent auxquels nous avons assisté cette année en raison de la pandémie, c’est plus facile à dire qu’à faire.

parc loisirs

Cependant, les entreprises ont réussi à se rassembler, à collaborer et à penser de manière créative plus que jamais. Mais surtout, elles ont dû transformer de fond en comble leur mode de fonctionnement et leurs activités afin d’assurer leur survie.

Réussir cela du jour au lendemain, surtout dans un secteur traditionnel à grande échelle qui n’a pas d’ADN technologique inhérent, n’est pas une mince affaire. Néanmoins, certaines entreprises sont sorties plus fortes de cette pandémie.

Quel est leur secret ?

Ce serait faire preuve d’étroitesse d’esprit que d’attribuer le problème à un seul facteur. De nombreux éléments entrent en ligne de compte. Disposer d’une équipe tournée vers l’avenir, des ressources organisationnelles et technologiques adéquates, de la bonne structure et d’une certaine flexibilité, ou encore prendre des décisions éclairées de manière proactive grâce à des prévisions précises… tout cela est utile.

Cette nouvelle approche du commerce électronique, qui se développe lentement, révolutionne la manière dont les entreprises établissent des relations avec leurs clients et repose sur le principe simple de la vente directe aux clients.

C’est un facteur dont, étonnamment, peu de personnes du secteur parlent – ce qui en fait un secret bien gardé que j’aimerais dévoiler ici pour que davantage d’entreprises et d’attractions de loisirs commencent à en tirer parti.

Cette nouvelle approche du commerce électronique, qui se développe lentement, révolutionne la manière dont les entreprises établissent des relations avec leurs clients. Elle repose sur le principe simple de la vente directe, par le biais de leurs propres canaux, plutôt que de dépendre de revendeurs ou de distributeurs tiers. Il s’agit de se débarrasser des intermédiaires.

L'avantage d'une approche D2C

L’avantage majeur de cette approche D2C se résume à un mot de deux syllabes : Données.

Un mot qui peut faire instinctivement tressaillir de réticence certains gestionnaires de loisirs. Pour beaucoup, les « données » ne sont qu’un mot à la mode. On en parle beaucoup, mais sans parvenir à s’en faire une idée précise. On sait qu’elles sont là et qu’elles sont utilisées. Mais on ne sait pas exactement comment.

data loisirs

Toutes les entreprises se tournent donc vers Internet et sautent dans le wagon du commerce électronique. Et cela a d’énormes implications. Non seulement parce que le comportement des consommateurs a radicalement changé, mais surtout parce que la relation avec le client a complètement changé de scénario.

Désormais, cette relation laisse une trace. Cela signifie que ces transactions et interactions en ligne apportent avec elles des données extrêmement précieuses.

En passant au D2C, les sites de loisirs et d’attraction peuvent capitaliser sur ces données pour obtenir les avantages suivants :

– Reprendre le contrôle total de leurs relations et données clients.
– Mieux comprendre leurs clients et adapter les communications et les expériences proposées en conséquence.
– Mettre en œuvre des stratégies de personnalisation de niveau supérieur pour accroître la fidélité des clients et les conversions.
– Mieux influencer l’intention d’achat à chaque point de contact du parcours et de l’expérience numérique du client.
– Mais avant tout, disposer de flux de données entrants continus signifie disposer d’une connaissance plus étendue de ses publics. Il en résulte des possibilités infinies d’apprendre, d’améliorer et de développer son activité.

Tout cela se traduit par le fait que, face à toute crise future, et même pour traverser ce qu’il reste de cette pandémie, le destin de votre marque de loisirs est entre vos mains. Gérer ces flux de données vous permet de les utiliser pour réagir en temps voulu. Cela vous rend agile.

Le passage au D2C

Il n’est pas étonnant que des marques telles que Heinz, Nike ou Lindt, qui privilégiaient auparavant les ventes par le biais des canaux traditionnels et des revendeurs, aient elles aussi opté rapidement et stratégiquement pour l’abandon de leurs anciens systèmes pour se lancer tête baissée dans cette approche directe et axée sur les données du commerce électronique.

De toute évidence, de plus en plus de marques commencent à prendre conscience des avantages alléchants que présente le D2C.

Entre autres choses, les marques D2C parviennent à réduire le choix des consommateurs, à renforcer la réputation de leur marque, à clarifier leur proposition de valeur et à rationaliser l’expérience de leurs clients. Les récompenses en termes d’opportunités d’innovation, de création de connexions plus significatives et de relations plus fortes avec les clients sont infinies.

En fin de compte, le Direct to Consumer se résume exactement à cela : servir directement vos clients tout en améliorant leur expérience, grâce à des informations extraites de leurs données.

Ce modèle de commerce électronique est de plus en plus populaire. Mais il a encore un long chemin à parcourir dans le monde des loisirs et des attractions. Il peut donc offrir un avantage concurrentiel intéressant aux entreprises qui décident d’envisager son adoption rapide. Après tout, le monde a déjà basculé en ligne. Le monde des loisirs n’aura donc pas d’autre choix que de suivre le mouvement.

Au lieu de laisser le destin de leur marque entre les mains de détaillants et de tiers qui factureront des frais élevés, jetteront les prix des billets et s’empareront de leurs données, les marques de loisirs peuvent choisir de se protéger à long terme en reprenant le contrôle et, avec lui, le destin de leur marque.

 Cet article est traduit et adapté de l’article How D2C eCommerce can protect leisure brands from the pandemic rédigé par Bernard Kochen pour la rédaction de Convious.

Pour vous aider dans la conception de votre stratégie e-mailing vous pouvez solliciter l’aide de votre chargée(e) d’accompagnement.

Sophia Baladi

Sophia Baladi

Vous souhaitez réaliser le diagnostic data & CRM de votre organisation ? Profitez de 30 minutes de conseil offertes en réservant votre créneau.

Partagez cet article avec vos amis !

Visuel Solene crop

Solène Jimenez

Vous souhaitez réaliser le diagnostic data & CRM de votre organisation ? Profitez de 30 minutes de conseil offertes en réservant votre créneau.

/

/

Pour aller plus loin sur notre blog data & divertissement :

Tags:
No Comments

Post A Comment