data plaisir

Marketing data : plaisir ou déplaisir ?

Marketing Data :
PLAISIR OU DÉplaisir ?

Ou pourquoi la data nous effraie-t-elle ?

Le sentiment d’être dépassé

 

Ce sentiment est exacerbé par l’émerge de nouvelles pratiques marketing data. “La révolution numérique crée des océans de données sur nos transactions, nos déplacements, nos habitudes, nos « amis » et nos humeurs.” écrit Sylvain Lafrance [1]. Ce flot de questions éthiques, morales, juridiques et économiques qui accompagne cette révolution numérique, provoque en nous un sentiment de noyade. 

Le sentiment d’être contrôlé

 

Jacek Dukaj, auteur de science-fiction, nous explique [2] : “le big data nous connaît mieux que nous-mêmes.” Nous vivons une époque où les technologies permettent d’accumuler des masses de données. Elles sont si intenses que le cerveau humain, seul, ne peut les analyser. L’auteur met le doigt sur une réalité déplaisante : “Ce n’est pas l’humanité qui est le sujet lisant ces données, c’est la technologie elle-même, avançant par sa propre force d’inertie. Plus elle progresse, moins nous la comprenons et moins nous la contrôlons.”

data plaisir

Un exercice peu évident...

 

Si l’on se met dans la peau d’un(e) entrepreneur(euse), le big data peut également effrayer par sa complexité. Gymnastique de l’esprit permanente, outils nombreux et peu adaptés : maîtriser le digital n’est pas chose aisée. Une myriade de questions se bousculent : comment collecter des data pertinentes sans être trop intrusif ? Gérer les data récupérées de manière efficace ? Transformer ces data en informations exploitables ? Créer du lien avec ses publics via ces informations ? Communiquer au bon moment, via le bon canal… ? Tout cela paraît extrêmement difficile. 

Toutefois, nous – Arenametrix – avons choisi de sentir le potentiel que représentent les mégadonnées et d’en tirer parti. Nous pensons qu’il est vital de savoir naviguer sur cette mer. Les données réinventent et redessinent toutes les industries. Le nerf de la bataille : savoir transformer les données en informations exploitables, afin d’avoir un minimum de visibilité à l’horizon.

Qui est la Data ?

“Et si on donnait une âme aux données ?” s’interrogent INfluencia et l’agence Kiss The Bridge dans le premier numéro du magazine DATA & EMOTION [3]Apprenons à la connaître pour mieux l’appréhender !

Data plaisir

Petit questionnaire de Proust adressé à madame la Data :

 

 

Mon rêve  : L’osmose totale entre le digital et l’humain !
Le pays où j’aimerais vivre : J’aime l’éclectisme et la beauté de la planète Terre !
La couleur que je préfère : Transparent…je souhaite n’avoir aucun secret pour vous !
Quel oseau que je préfère : L’oiseau Twitter !
Mes poètes préférés : L’instapoètesse Rupi Kaur ! J’aime l’idée d’une figure 2.0 du poète.
Mon héro dans la vie réelle : J’apprécie Cédric Villani qui réfléchit et rend intelligible le grand sujet qu’est l’Intelligence Artificielle !
Mes peintres préférés : Paul Klee ! Un peintre que j’admire et qui fut un très bon pédagogue…
La réforme que j’estime le plus : RGPD, c’est une excellente occasion de mettre au carré l’ensemble des process dans lesquels je suis impliquée !
Comment j’aimerais mourir : Pff… je crains d’être immortelle. P’têtre que non. Alors en chantant Dalida.”Moi je veux mourir sur scènnnnnn-euh !”

Bonus : Ma devise

« Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste », une citation de William Shakespeare. Je l’aime bien. C’est valable pour l’Homme comme pour les data ! Voyez ! Il est envisageable d’humaniser les données et de leur conférer une âme. L’objectif désormais est d’utiliser leur puissance pour renforcer les relations entre les Hommes et améliorer leurs expériences au quotidien.

marketing data

Marketing Data et Émotion, Marketing Data PLAISIR

La richesse d’une relation entre une structure culturelle ou sportive avec son public, réside dans le contact humain. L’usage des données permet une connaissance fine du spectateur, touchant à sa personnalité. Grâce à un recueil de données, il est possible de comprendre ses attentes, d’embrasser ses besoins et d’accroître ainsi leur satisfaction. En générant des émotions tout au long de l’expérience-spectacle, les structures encouragent la fidélisation de leurs publics. Elles créent des moments de vie inoubliables. “La donnée aura toujours besoin d’émotion pour devenir irrésistible, la créativité aura toujours besoin de data pour devenir pertinente” peut-on lire dans la préface du Magazine DATA & EMOTION. Le futur de la fidélisation et de l’engagement des publics repose sur cette union. Certaines marques rétribuent en points fidélité les clients qui commentent ou partagent leurs contenus digitaux, les élevant ainsi au statut d’ambassadeurs. Cette reconnaissance favorise leurs liens avec la marque. [4] 

En pratique, prenez du plaisir !

Pensez CRMLe CRM permet de mieux connaître son public et d’entretenir une relation personnalisée avec ses publics avant, pendant et après son événement. C’est un outil clé pour la gestion de vos publics.

Retrouvez davantage de Références ici !

Visuel Solene crop

Solène Jimenez

Vous souhaitez réaliser le diagnostic data & CRM de votre organisation ? Profitez de 30 minutes de conseil offertes en réservant votre créneau.

Ludovic Bordes

Vous souhaitez réaliser le diagnostic data & CRM de votre organisation ? Profitez de 30 minutes de conseil offertes en réservant votre créneau.

Partagez cet article avec vos amis !

/

/

Pour aller plus loin sur notre blog data & divertissement :

reachfive

ReachFive

ReachFive propose une plateforme logicielle d’entreprise en SaaS dédiée à la gestion des identités et des accès clients (CI & Access Management).

seetickets

See Tickets Contrôle d’accès

SeeTickets : Grâce à nos solutions marketing nous accompagnons nos clients dans la création de leur billetterie et le développement de leur audience.

Tags:
2 Comments
  • Musée : comment valoriser vos données - Arenametrix
    Posted at 12:43h, 25 mai

    […] Les data socio-démographiques sur les publics, une mesure additionnelle qui intéresse le Musée de Dallas, sont surveillées via le programme Friends et mises en perspective avec les données démographiques de la région de Dallas – Fort Worth. Au cours de l’inscription au programme, les Friends ont la possibilité de renseigner leur code postal. Cette donnée est ensuite extraite dans un outil de cartographie en temps réel pouvant représenter le nombre de Friends pour chaque localité, ainsi que des statistiques de population croisées avec des informations du recensement américain de 2010. Cette carte donne un aperçu des zones de la ville où le DMA est présent ou non. Alors que la carte met en valeur les localités où le DMA dispose d’une grande concentration d’adhérents, elle souligne également les potentiels et opportunités dans les endroits où peu de Friends vivent. Le personnel a entamé une enquête sur deux codes postaux mal desservis à proximité du Musée. L’objectif est à la fois d’explorer et renforcer les relations existantes entre le Musée et la communauté dans ces aires urbaines, tout en créant de nouvelles connexions. Pour aller plus loin nous vous conseillons cet article, faisant le lien entre data et émotions. […]

  • Théâtres, avez-vous pris le bon virage digital ? | Podcast #3
    Posted at 11:01h, 29 mai

    […] 11’50 – Quelles data peut-on récupérer et exploiter ? […]

Post A Comment